fr
Actualités en Andorre Contact meteo

Vous êtes ici » Accueil » Investir, s’installer en Principauté » Les actualités » Les créateurs étrangers de société investissent en Andorre

Les créateurs étrangers de société investissent en Andorre

Le nombre d’investisseurs étrangers ayant des affaires ou créant leur société en Andorre est en augmentation constante : + 4% ces dernières années.

Selon un article publié ce lundi 31 août 2015 sur le Periodic d’Andorra, l’ouverture économique amorcée ainsi que la levée des restrictions jusqu’alors appliquées favorisent l’implantation d’entrepreneurs et d’investisseurs étrangers dans la Principauté.

Pourquoi cet intérêt à créer des sociétés en Andorre

L’article basé sur le travail de Mlle. Judith Pampalona (et subventionné par le Gouvernement) permet de mettre en exergue le fait que cette augmentation peut être liée à la politique d’ouverture économique mise en place par le gouvernement qui a permis de réduire les contraintes pesant sur les entrepreneurs désirant créer une structure en Andorre.

Le nombre d’investisseur en Principauté augmente nettement

Il ressort de cette publication, que le nombre d’entrepreneurs étrangers qui disposent d’une société ou d’un commerce en Andorre est en augmentation.

Si en 2011, la population entrepreneuriale était distribuée de la façon suivante : 60% d’entrepreneurs locaux et 40% d’entrepreneurs étrangers, en 2014 les chiffres amorcent une répartition un peu plus équilibrée : 56% de locaux et 44% d’étrangers.

Les andorrans ont une âme de créateur de société

D’autre part, l’article révèle qu’en 2011, l’Andorre comptait un nombre de 7.280 entrepreneurs, contre 7.570 créateurs de société en 2014. Ce chiffre met en relief, dans tous les cas, une augmentation sensible du nombre d’entrepreneurs qui ont investi en Andorre.

Un comparatif faisant valoir les avantages à investir en Andorre

L’étude présentée par Mlle. Pampalona, contenait également un comparatif entre la Principauté d’Andorre et d’autres micro-états européens, basé sur leurs particularités et spécificités.
Des sujets étaient traités, tels que :

  • la double nationalité,
  • le cumul d’années de résidence minimum pour obtenir la nationalité,
  • le taux de chômage,
  • ...

Le faible taux de chômage est un argument positif

Sur ce dernier point, l’Andorre se situe en 4éme position par rapport aux 7 autres micro-États. Ainsi, en 2014, la Principauté comptait un 4% de chômage, moins que Malte (5,9%), Saint Marin (7%) et le Luxembourg (7,1%), mais plus que le Vatican (0%), Monaco (2%) et le Liechtenstein (2,3%).

Le délai d’obtention de la nationalité andorrane est un peu long

Pour ce qui est des années de résidence pour obtenir la nationalité, l’Andorre exige 20 ans de résidence continue pour l’octroie de la nationalité, par contre Malte (5 ans), Luxembourg (7 ans) et Monaco (10 ans) exigent des périodes de résidence plus courts. Par contre, le Liechtenstein et Saint Marin exige une résidence de 30 ans avant d’accorder la naturalisation.

Les conclusions qui peuvent influer la décision d’investir en Andorre

Mlle. Pampalona conclut son étude en insistant sur le fait que les micro-états sont des pays ayant « des caractéristiques économiques et des possibilités de travail qui, à priori, les transforment en destination attractives pour les migrants :

  • faible taux de chômage,
  • salaires élevés,
  • niveau de sécurité élevé,
  • risque de vandalisme très bas,
  • faible pression fiscale,
  • … ».

Nos meilleures offres

Suivez nous sur Instagram @rendezvousenandorre