fr
Actualités en Andorre Contact meteo

Vous êtes ici » Accueil » L’été en Andorre » Vacances sportives » Randonnée dans les Pyrénées, nous avons grimpé jusqu’au point culminant (...)

La randonnée à Coma Pedrosa plus haut sommet des Pyrénées andorranes

Réputée auprès des amateurs de randonnée dans les Pyrénées, la piste du Coma Pedrosa vous emmène sur le toit d’Andorre. Au cours d’un weekend ensoleillé de septembre, sur l’invitation d’amis Andorrans (et sportifs), nous nous sommes lancés à l’assaut de ce sommet de près de 3000 mètres d’altitude.

L’ascension du Coma Pedrosa

Parmi les quelques 65 pics de plus de 2000 mètres de la Principauté d’Andorre, le Coma Pedrosa détient la plus haute élévation.

Coma Pedrosa : le mirador de la principauté d’Andorre

Culminant à 2943 mètres, la randonnée jusqu’au pic le plus élevé d’Andorre est classée comme difficile et requiert une bonne condition physique. Une quinzaine de kilomètres de long à parcourir sur 1500 mètres de gain de dénivelé ; il faut compter au bas mot 7 heures de marche soutenue pour faire la boucle. Raisonnables, nous avons décidé de faire cette randonnée Pyrénéenne sur deux jours et de passer une nuit dans le refuge de Coma Pedrosa.

Arinsal Prats Sobirans - Refuge du Coma Pedrosa

Rendez-vous est pris dans la matinée du samedi, le départ se fait depuis la ville d’Arinsal. Le temps est au beau fixe et annoncé comme idéal pour le weekend. Nous entamons notre randonnée en Andorre par la piste forestière de Prats Sobirans. Cette dernière suit le GR11 (chemin de Coma Pedrosa) alternant des sections plates et de fortes montées. Assez peu technique, cette première partie n’en reste pas moins physique. Au cours de celle-ci, nous traversons les rivières du Pla de l’Estany et de Coma Pedrosa. À l’ombre des arbres et de la végétation des flans de la montagne, nous progressons à un rythme posé vers notre objectif du jour : le refuge de Coma Pedrosa. Au fur et à mesure, la forêt fait place à une végétation plus rase, mieux adaptée à l’altitude, mais tout aussi belle. Après une ultime côte très raide nous atteignons le refuge, à quelques 2272 mètres d’altitude.

Pique-nique près de l’Estany de les Truites (lac des Truites) et de son eau cristalline, à une centaine de mètres du refuge.

Promenade sur le plus haut sommet des Pyrénées andorranes

Après un déjeuner champêtre sur les rives de l’Estany de les Truites, quelques membres téméraires de notre groupe décident de grimper sur les monts environnants durant l’après-midi. Le panorama sur la vallée offre de somptueuses vues. Quelques ruisseaux provenant des sources d’altitudes courent ici et là, ajoutant au charme de la végétation. Nous continuons sur le GR11 jusqu’au début de l’ascension de la crête du Coma Pedrosa et bifurquons dans la direction opposée vers la Font de les Canyorques (Source des Canyorques). De très beaux points de vues sur le refuge, le lac et la vallée s’offrent à nous lorsque nous prenons de la hauteur.

Soyez vigilants cependant, certaines pentes peuvent être très raides voire dangereuses, notamment lorsque l’on s’éloigne des sentiers balisés.

Le refuge gardé de Coma Pedrosa

Le refuge, situé au cœur du Parc Naturel Communal des vallées de Coma Pedrosa, est niché dans un vallon baigné de soleil. Murs de pierres, toiture en ardoises, … La simple vue de cet imposant chalet de montagne vous immerge dans une atmosphère authentique et chaleureuse. Attention tout de même, son apparence rustique confirme qu’il s’agit d’un refuge d’altitude et les randonneurs qui découvrent l’Andorre doivent s’attendre à un confort dans la mesure du raisonnable. Mais après tout, c’est bien pour ça que nous sommes là !

Des installations dédiées aux randonneurs en Andorre

À l’intérieur, plusieurs chambrées de 6 à 12 lits sont réparties à l’étage. Bien que des couvertures soient mises à disposition des randonneurs qui traversent les Pyrénées, le sac de couchage est à prévoir ainsi qu’un matelas de randonnée selon vos besoins.
Le rez-de-chaussée fait office d’accueil et de salle commune où vous trouverez quelques jeux de société et livres pour vous occuper, si les montagnes ne vous suffisent pas. Cet espace devient la cantine lorsqu’arrive l’heure du repas. Après un bon dîner, le couvre-feu est déclaré à 22 heures. Si vous le souhaitez (et demandez poliment), vous pouvez veiller un peu (et silencieusement) hors du refuge afin de profiter des cieux et des constellations d’étoiles, libérés de toute pollution lumineuse.

À l’assaut du plus haut sommet des Pyrénées andorranes

Après un repos bien mérité et un petit déjeuner léger nous réglons nos nuits et reprenons notre route. Il faut préciser que la grasse matinée n’est pas de mise au refuge de Coma Pedrosa, le service du petit déjeuner se termine à 8h30 !
Comme pour notre randonnée de la veille sur les pics andorrans, nous traversons la plaine jusqu’au pied de la montagne. Le soleil étant encore bas, la lumière rase dorée illumine tout autour de notre procession, projetant des ombres interminables sur la vallée.

Nous atteignons le but de notre randonnée dans les Pyrénées

La montée sur le flan de la montagne pour atteindre la crête grimpe fort : plus de 500 mètres de dénivelé sur environ un kilomètre et demi. Une bonne partie de cette escalade se fait sur des amas rocheux. Mais avec des vues pareilles, entre les lacs d’un côté et la vallée en contrebas, l’expérience ne peut être que mémorable. Attention tout de même si certains sont sujet au vertige : quelques parties de l’ascension du Coma Pedrosa peuvent en angoisser plus d’un ! Pour une première expérience à cette altitude, le manque d’oxygène se fait sentir. Il est nécessaire de trouver son rythme, poser ses pas et de profiter du paysage qui s’offre à nous. Après une matinée de marche, nous parvenons au sommet du Coma Pedrosa. Altitude affichée : 2942 mètres au plus haut sommet des Pyrénées d’Andorre et un panorama imprenable sur toutes la chaîne des montagnes environnantes. En contrebas, on devine Arinsal et tout le cheminement réalisé pour venir jusqu’ici.

Après une pause bien méritée, quelques clichés commémoratifs, et avoir observé la route à suivre… Il va falloir redescendre.

Descente par le Lac Negre

La dernière partie de l’ascension étant assez technique, elle l’est encore plus à descendre. C’est pourquoi nous changeons de versant pour regagner Arinsal où nous attend notre voiture. Cette option nous mène vers le Lac Negre, un superbe lac d’altitude niché entre les pics, dont les eaux sombres ont inspiré le nom (lac noir). La source qui l’alimente coule non loin et la pureté de son eau vaut le détour. Faites le plein de vos bouteilles ! Nous nous installons pour le déjeuner aux abords du lac. Malgré l’altitude (quelques traces de neige à l’ombre ici et là), le soleil nous réchauffe et nous profitons de ce répit avant d’entamer l’étape finale de cette randonnée dans le Nord d’Andorre.
Après notre pique-nique, nous longeons le lac et rejoignons le tracé que nous avions pris à l’aller, cette fois-ci pour descendre jusqu’à notre point de départ. L’après-midi est bien entamée, or il faut atteindre notre but tant que la luminosité est bonne. En effet il nous faut traverser la forêt sur la fin du parcours et la fatigue commence à se faire sentir. C’est tout de même avec un sentiment de soulagement que nous arrivons à Arinsal et que nous concluons ce weekend.

Maintenant que le plus haut sommet des Pyrénées andorranes a été conquis, il va falloir escalader et découvrir d’autres tracés de randonnées de la Principauté. …Mais plus tard !

Crédit photo : Antoine Beauvillain

Nos meilleures offres

Suivez nous sur Instagram @rendezvousenandorre